Ils nous font confiance
FORUM


Vous nous posez des questions...
Dans la mesure du possible, nous vous répondons ! info@mobilwavre.be

 

LE SERVICE DES TRAVAUX

Le service des travaux de la ville de Wavre vous communique les voies communales fermées momentanément à la circulation

RANDONNÉES
ACTIVITÉS


Vous êtes l'organisateur d'une randonnée, d'un rallye automobile ou pédestre, une course cycliste ou encore une activité relative à la mobilité. Faites-nous parvenir un mail, votre annonce sera placée sur notre site.
info@mobilwavre.be
Ou un article vous sera consacré dans notre magazine.


MAGAZINE


Vous n'avez pas reçu notre magazine, vous êtes interessé d'en recevoir un exemplaire envoyez-nous un mail info@mobilwavre.be


PUBLICITE

 

Vous désirez prendre contact avec notre conseiller publicitaire, pour une insertion dans notre prochain magazine ou sur notre site internet. Envoyez-nous un mail.

Denis Evrard
Tél: 0497/41 63 86

prochaine parution
avril 2010

 

depuis le 15 août 2005

 

Weboscope mesure d'audience, statistiques, ROI
Classement des meilleurs sites et positionnement

la reproduction, même partielle des textes, logos, photos est interdite sauf accord signé de la direction de MobilWavre©

Entre le Wavrien Philippe Barras et sa Terrot de 1927:
une vraie histoire d'amour

Soyons clairs: il existe de nombreux collectionneurs de vieilles voitures, de vieilles motos, d'anciens camions, tracteurs, chars, bécanes, Tous ces collectionneurs sont habités d'une passion sans borne. Tous, sans exception, vous expliqueront, sans doute de bonne foi, pourquoi la pièce qu'ils vous présentent est vraiment particulière, qu'elle est même exceptionnelle, voire unique au monde.
Philippe Barras est davantage un passionné qu'un collectionneur. Dans sa caverne d'Ali Baba, on y appréciera deux 2CV des années '50, en parfait état de marche et qui, avec quatre personnes à bord, montent encore une côte normale à un bon cinquante kilomètres/heure.
Juste derrière ces vénérables deuches, une moto calfeutrée sous un drap: une authentique Terrot 350 cc, qui fut produite à Dijon en 1927!
Après avoir déplacé la belle de quelques mètres afin de permettre au photographe de travailler dans de bonnes conditions, le maître des lieux entame les présentations.
Avec plus d'étoiles dans les yeux que sur le sapin de Noël de la Grand Place de Bruxelles, Philippe Barras aborde l'origine de sa Terrot :
"Cà, c'est une vraie de vraie, tu vois, avec le réservoir en dessous du cadre, par un système entretubes. Les réservoirs au dessus du cadre ne sont arrivés qu'à partir de 1930. A 77 ans, ma Terrot, qui est une trois vitesses, se paie encore des pointes de 80km/h. C'est bien, non ? Et elle m'offre des balades de 80 kilomètres réparties en 2 ou 3 tronçons chaque fois que je la sollicite pour des concentrations d'ancêtres. Ainsi par exemple, le Rallye des Ardennes pour des véhicules qui ont au moins 70 ou 75 ans. C'est agréable car on roule tous à la même allure".
Philippe Barras et sa Terrot doivent toutefois s'adapter aux progrès. " Ainsi, je dois faire gaffe
aux petits ralentisseurs du type casse-vitesse. Je dois carrément m'arrêter et passer à pied en poussant ma cocote car elle n'a pas de suspension arrière. Si je passe sans me soucier de cela, ma moto est mûre pour la casse. En fait, en terme de suspension, je dispose de deux ressorts en dessous de la selle. Comme passager, je prends ma fille Salomé qui du haut de ses quinze ans, est déjà une fan. En circuit fermé, elle s'adonne déjà aux joies du quad. Aucun rapport avec la Terrot, bien entendu. Mais j'y vois un signe qu'elle n'est pas insensible aux joies des vrombissements et des ronrons de moteurs".
Philippe Barras a déjà possédé d'autres motos. Des Gilette, Sarolea,:
"Mais j'ai dû m'en débarrasser car il m'était impossible de la retaper. Aujourd'hui, avec ma Terrot, je peux compter sur les précieux services d'un ancien mécanicien qui s'y connaît à merveille en motos. Il me fait des entretiens nickel et des inspections qui relèvent surtout de la prévention. Car si un jour, il devait y avoir de la casse, à mon avis, nous aurions mille et une difficultés pour trouver des pièces".
Ceci étant, qu'est-ce qui pousse Philippe Barras à sillonner nos contrées en concentration. "Juste le fun. A mon avis, le passage d'un ruban de 50 (ou plus) vieilles motos dans un village est toujours un vrai spectacle. La preuve, c'est que parfois, nous sommes applaudis sur notre passage. Cela n'a l'air de rien, mais tous les motards prennent cela comme un encouragement, comme le partage éphémère de leur passion. Autre sujet de satisfaction: la technique de pilotage. Tu sais, ma Terrot, je la commande avec des manettes indépendantes. Pour les non-initiés, c'est quasi impossible. Etre à bord de ma moto, élève vraiment mon pilotage au rang de maîtrise. Pour le reste, je ne dois pas oublier une foule de détails. Comme par exemple, faire le plein. Car à cet âge là, on devient parfois plus gourmand. Ma Terrot boit de la 98 sans plomb, à laquelle on ajoute 2% d'huile et un additif pour moteur à quatre temps. Enfin, un dernier sujet de satisfaction: la tenue spécifique du pilote d'ancêtre. Indispensable pour se projeter vraiment dans l'époque de la jeunesse de la moto: veste de cuir, casque rond en demi-sphère, petites lunettes rondes et gants en peau beige."

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Mobilwavre® est une production de JCD graphique éditions - Voie du Maréchal Ney, 12 - 1300 WAVRE - 010-45 41 22 • last revised 22-01-2010