News / Travaux
 

Chée de Louvain
du 10/01 au 20/03

Chée de Bxl
du 29/11 au 29/12

RN238
du 20/10 au 29/03/11


Chée des Collines
du 18/10 au 31/12

N4
du 27/11 au 15/02

 
Archives
 
 
Publicité
 
Vous désirez prendre contact avec notre conseiller publicitaire pour une insertion dans notre prochain magazine ou sur notre site. Envoyer-nous un mail.

Philippe Henkart
0472/43 22 11
philippe@mobilwavre.be
 
Partenaires
 
 
 
 
 
 
Dossier spécial “Bien-être”
 
 

La malbouffe, un danger au quotidien !
Même ceux qui ont élevé la nutrition en art de vivre vous le diront : bien manger peut parfois devenir une sinécure lorsqu’il s’agit de choisir les aliments au magasin.
Hamburgers, sodas, pâtisseries, sont les exemples les plus connus de la malbouffe car tout le monde sait qu’ils sont riches en mauvaises graisses.
Mais au quotidien, nous avalons une bonne dose de mauvais aliments, sans que nous n’en ayons conscience ! En effet, la malbouffe est partout ! En cause : l’industrie agro-alimentaire mais aussi nos besoins toujours plus exigeants en matière de produits disponibles sur le marché ! L’industrie s’adapte, et pas de la bonne manière car cela se fait au détriment de la qualité, de l’hygiène et en conséquence, de la santé. On produit pour plaire et non plus pour nourrir !
D’après certaines études, jusqu’à 80% des aliments que l’on retrouvent dans les magasins à l’heure actuelle ont subi une transformation, de type industrielle, avec ajout d’additifs, de colorants, des OGM, des irradiations, de l’assaisonnement à coup de sel ou de sucre ou encore pire : à l’aide d’acides gras trans et de graisses hydrogénées.
Et que dire de le composition réelle de ces aliments ? Les analyses ont montré par exemple qu’un aliment industriels pouvait contenir jusque 50 substances différentes ! (40 pour la glace par exemple)
Que dire du pain d’épice qui ne contient absolument pas de miel alors que la recette habituelle en contient plus de 50% ? Et des barres de céréales qui contiennent à peine 40% de céréales ?
Des carences à l’obésité
Consommer ces aliments a des conséquences. A commencer par celui des carences puisqu’un aliment supposé contenir une substance ne la contient en réalité aucunement.
Plus grave est le phénomène de l’obésité. En cause : le sirop de glucose/fructose qui remplace le saccharose ou le glucose à cause de son pouvoir sucrant supérieur et de son prix inférieur. Or, le sirop de glucose et de fructose à forte dose finit par encrasser les artères et favorise le stockage des graisses.
Les courbes de poids de la population ne cessent de grimper. Et l’on comprend pourquoi. La composition des produits est donc en cause. Mais également leur valeur nutritive. Une pizza contient en moyenne 10% de calories en plus aujourd’hui qu’il y a quelques années.
La réglementation européenne fixe toutefois des doses maximales à ne pas dépasser sous peine de nocivité pour certaines substances. Le seul problème, c’est que ces recommandations ne tiennent pas compte de la consommation individuelle de chaque produit. L’addition de ces substances fait frissonner.
Les risques sont élevés de voir apparaître, outre les pathologies liées à l’obésité comme les problèmes cardiaques, de nouveaux cas d’allergies voire de cancers…A cela, une seule solution : s’armer de patience et déchiffrer patiemment les étiquettes collées au dos des produits. Encore faut-il savoir ce que cachent réellement ces noms compliqués.
A lire :
«Savoir manger» de Jean-Michel Cohen et Patrick Serog
«Vive la malbouffe» des journalistes Christophe Labbé, Olivia Recasens et Jean-Luc Porquet

La santé, ça passe aussi par l’assiette
Vous vous souvenez quand votre maman vous obligeait à achever votre assiette d’épinards (que vous trouviez absolument infâmes) en vous resservant l’éternelle « C’est bon pour ta santé ! » ?
Cette ritournelle qui a cassé et casse encore les oreilles des enfants, toutes catégories confondues, se base évidemment sur le postulat que l’alimentation est la première des médecines et que pour être en bonne santé, il faut bien manger. Bien manger serait donc la clé pour préserver son corps et surtout pour éviter de tomber malade. Les anciens, qui vivaient au temps de l’Antiquité, en étaient déjà persuadés.

 
   
     
 
     
 
 
Derniers reportages
 
 
La bataille oubliée
 
   
 
Festival du rire 2010 (2)
 
 
Festival du rire 2010 (1)
 
 
 
Cover
 
 
septembre
2011
 
   
depuis le 15 août 2005

Partager ce contenu
MobilWavre® est une production de JCD graphique éditions - Voie du Maréchal Ney, 12 - 1300 WAVRE - 010-45 41 22 • last revised 2012-02-28
Retrouvez MobilWavre sur

La reproduction, même partielle des textes, logos, photos est interdite sauf accord signé de la direction de MobilWavre®.
mail:info@mobilwavre.be