Ils nous font confiance
FORUM


Vous nous posez des questions...
Dans la mesure du possible, nous vous répondons ! info@mobilwavre.be

 

LE SERVICE DES TRAVAUX

Le service des travaux de la ville de Wavre vous communique les voies communales fermées momentanément à la circulation

RANDONNÉES
ACTIVITÉS


Vous êtes l'organisateur d'une randonnée, d'un rallye automobile ou pédestre, une course cycliste ou encore une activité relative à la mobilité. Faites-nous parvenir un mail, votre annonce sera placée sur notre site.
info@mobilwavre.be
Ou un article vous sera consacré dans notre magazine.


MAGAZINE


Vous n'avez pas reçu notre magazine, vous êtes interessé d'en recevoir un exemplaire envoyez-nous un mail info@mobilwavre.be


PUBLICITE

 

Vous désirez prendre contact avec notre conseiller publicitaire, pour une insertion dans notre prochain magazine ou sur notre site internet. Envoyez-nous un mail.

Denis Evrard
Tél: 0497/41 63 86

prochaine parution
avril 2010

 

depuis le 15 août 2005

 

Weboscope mesure d'audience, statistiques, ROI
Classement des meilleurs sites et positionnement

la reproduction, même partielle des textes, logos, photos est interdite sauf accord signé de la direction de MobilWavre©

Les Biocarburants, une pîste à suivre pour mieux diversifier l'agriculture

On en parle beaucoup, on l'imagine partout. Mais concrètement, on ne sait pas vraiment très bien où la piste des biocarburants nous mène. Les réflexions varient en effet en fonction de l'endroit où elles sont émises. Parce qu'il semble que la vérité, en Allemagne, ne soit pas nécessairement la même que la vérité en Allemagne où en Belgique, par exemple.
Dernièrement, Jean-Pierre Champagne, le patron de la Fédération wallonne de l'agriculture (FWA) se penchait sur le sujet dans Plein Champ, l'organe de presse de la fédération. Sous le titre sans équivoque "Les biocarburants, voie de diversification agricole ?" le secrétaire général posait LA question à cinq euros. Et tentait d'y répondre.
Dans cette édition, nous abordons le sujet en nous appuyant sur les positions prises par des interlocuteurs avertis. Jean-Pierre Champagne, bien entendu, mais aussi les ministres Kubla et Laruelle et d'autres témoins.
Dans le secteur du sucre
Jean-Pierre Champagne prend la lorgnette du secteur sucrier pour aborder ce sujet. En constatant que les grands groupes sucriers pensent aussi à leur diversification et que le biocarburant est très présent dans leur analyse. Les Allemands de Sud Zucker et les Français de Cristal Union sont des références de poids et qui pèsent de toute leur puissance sur le marché belge.
Jean-Pierre Champagne: "Ces deux groupes semblent effectivement s'orienter vers le bioéthanol qui n'est rien d'autre qu'un produit obtenu par la fermentation du sucre et de l'amidon. Les matières premières utilisables sont le maïs, le froment, le seigle, la pomme de terre et la betterave. Elles peuvent être mélangées à l'essence à des taux variables. En général, pour l'Europe, on avoisine les 5%. Mais ce taux peut augmenter et grimper à 20% comme au Brésil. Le sous produit donne des aliments pouvant être consommés par le bétail".
Selon Jean-Pierre Champagne, les Allemands de Sud Zucker auraient un projet bioéthanol de 260.000 m3 et ceux de Saüter de 330.000 m3. En France, réparti en deux sites, Cristal Union aurait une capacité de production de l'ordre de plus de 6 millions d'hectolitres. Il est évident que la réussite du bioéthanol est directement liée au taux d'imposition sur les carburants. En effet, l'Europe autorise les Etats membres à défiscaliser la part de biocarburant incorporé à raison de 50% minimum, pour un usage privé et plus pour les transports en commun.
En Belgique, le gouvernement belge a aussi un projet de défiscalisation. Pour mieux percevoir les règles du jeu, sachez que si, en Europe, on décidait une incorporation obligatoire de 2%, il faudrait produire près de 50 millions de litres d'éthanol.
Jean-Pierre Champagne: "S'ils étaient produits au départ du sucre, cela représenterait une superficie de l'ordre de 800.000 hectares. Tous ces calculs sont faits sur base du régime de taxe à l'importation actuel en Europe. Il se pose dès lors une question: qu'en serait-il si le régime de protection aux frontières était supprimé ou réduit? Il y aurait un réel avantage pour les importants producteurs de canne à sucre comme le Brésil par exemple Pour consolider ce débouché, il est indispensable que la gestion de ce biocarburant s'inscrive dans la Politique agricole commune et que l'approvisionnement des usines se fasse au départ de production indigène."
Et le biodiesel ?
Car à côté du bioéthanol, il y a effectivement le biodiesel qui est au départ produit à base d'oléagineux donc, pour les Belges, de colza. En Allemagne, 2% de la consommation diesel auraient cette origine. La capacité allemande est de 731.000 tonnes, pour 440.000 en France, et 354.000 en Italie. Dans ce cas ci; les sous-produits sont valorisables. Il semble donc que, progressivement, la diversification vers les biocarburants soit une voie importante pour l'agriculture. Encore faut-il que les investisseurs concernés par la Belgique investissent dans le secteur. On pense bien entendu au secteur du sucre qui vient en peu de temps de perdre deux usines de production en Wallonie.
Jean-Pierre Champagne: "La raison pour laquelle le secteur sucrier s'intéresse à cette problématique est qu'il s'attend à une réforme du régime sucre en négociations à l'OMC. Elle va dans le sens d'une réduction du système de protection aux frontières et une baisse possible du prix du sucre. Quoi qu'il en soit, les superficies nécessaires à la production du quota sont en réduction et libèrent des terres pour d'autres productions."
L'environnement
Il est évident que la Fédération wallonne de l'Agriculture suit cette problématique de très près. Il est reconnu que les biocarburants, outre le fait qu'ils peuvent réduire la dépendance énergétique par leur caractère renouvelable, constituent un des éléments par lesquels on peut réduire les émissions de CO2 et ainsi contribuer à atteindre les objectifs de Kyoto. La défiscalisation nécessaire à leur compétitivité est aussi partiellement compensée par la création de nouvelles activités industrielles et donc contributives à la création d'emplois. Par la production d'amidon, l'agriculture pourrait aussi contribuer à la production du plastique biodégradable. Progressivement, l'agriculture pourrait s'inscrire dans des filières nouvelles et justifier plus que jamais son rôle nourricier des populations et asseoir son respect de l'environnement.
"Mais", conclut Jean-Pierre Champagne, "l'agriculteur n'y trouvera son compte que si sa matière première est correctement rémunérée et donc s'il dispose d'organisations fortes, capables de négocier avec un monde industriel puissant et concerté".
Notons à ce sujet qu'à l'initiative du ministre Serge Kubla, un syndicat d'étude devrait se mettre en place en vue de voir la faisabilité de la production de carburant en Wallonie à partir de matières agricoles locales..

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Mobilwavre® est une production de JCD graphique éditions - Voie du Maréchal Ney, 12 - 1300 WAVRE - 010-45 41 22 • last revised 22-01-2010