Ils nous font confiance
FORUM


Vous nous posez des questions...
Dans la mesure du possible, nous vous répondons ! info@mobilwavre.be

 

LE SERVICE DES TRAVAUX

Le service des travaux de la ville de Wavre vous communique les voies communales fermées momentanément à la circulation

RANDONNÉES
ACTIVITÉS


Vous êtes l'organisateur d'une randonnée, d'un rallye automobile ou pédestre, une course cycliste ou encore une activité relative à la mobilité. Faites-nous parvenir un mail, votre annonce sera placée sur notre site.
info@mobilwavre.be
Ou un article vous sera consacré dans notre magazine.


MAGAZINE


Vous n'avez pas reçu notre magazine, vous êtes interessé d'en recevoir un exemplaire envoyez-nous un mail info@mobilwavre.be


PUBLICITE

 

Vous désirez prendre contact avec notre conseiller publicitaire, pour une insertion dans notre prochain magazine ou sur notre site internet. Envoyez-nous un mail.

Denis Evrard
Tél: 0497/41 63 86

prochaine parution
janvier 2010

 

depuis le 15 août 2005

 

Weboscope mesure d'audience, statistiques, ROI
Classement des meilleurs sites et positionnement

la reproduction, même partielle des textes, logos, photos est interdite sauf accord signé de la direction de MobilWavre©

Lorsque le ministre est pour l'alcool, cela peut s'expliquer!

Dernièrement, le Conseil des Ministres "édition spéciale" organisé à Ostende aurait dû décider du taux de défiscalisation pour les biocarburants dont Jean-Pierre Champagne vous parle par ailleurs. Ce Conseil des Ministres pouvait donc se révéler importantissime pour les plus de trois millions d'automobilistes qui sillonnent les routes belges chaque jour. Ce Conseil côtier s'est cependant limité à définir les balises du développement de cette filière, notamment en pensant en termes de droit belge les directives qui doivent permettre le vrai départ des biocarburants en Belgique.
La Ministre des Classes moyennes et de l'Agriculture, la souriante gembloutoise Sabine Laruelle, se dit convaincue de la nécessité d'arriver à un prix attractif du bioéthanol pour le consommateur. À ce sujet, elle déclarait notamment :
"C'est au niveau des réductions des accises que l'on développera l'attrait pour ces combustibles". Cette remarque n'est pas tombée dans l'oreille d'agriculteurs sourds. En parlant de la sorte, la ministre, qui connaît le monde agricole, savait pertinemment bien que cette formule garantirait aussi le paiement du juste prix des matières premières aux producteurs que sont les agriculteurs. Bref, une technique où tout le monde gagne, à condition de ne pas se montrer trop gourmand, cela ne se voit pas tous les jours, non ?
D'autres part, Sabine Laruelle, qui n'est jamais en retard d'une bonne remarque, ajoutait : "En terme d'emplois, la production belge de 2% de carburants dans les réservoirs européens représenterait 3.000 emplois". Voilà qui mettrait du beurre dans les épinards des 200.000 emplois promis par le Premier ministre. "Car", commente la ministre Laruelle, " à l'horizon 2010 ce chiffre pourrait gonfler à 9.000 emplois".
Le colza non, l'alcool, oui !
Dès lors, tout va-t-il pour le mieux dans le meilleur des mondes dans la perspective de ce nouveau et juteux marché ? Oui sans doute, si nos débouchés potentiels trouvent acquéreurs, avec comme priorité, bien sûr, le Marché commun et si on évite au mieux les importations venues du Brésil, des Etats-Unis et du Pakistan.
Actuellement, au niveau de l'UE, la filière biodiesel est quatre fois supérieure à celle du bioéthanol. Mais Sabine Laruelle penche plus pour la solution alcool dans le développement des biocarburants européens. Au niveau belge, il faut savoir en effet que le colza, dont est issu le diesel, avec ses 5.000 hectares d'emblavements ne totalise que 15% de la SAU énergétique potentielle alors que la betterave atteint un niveau de 96.000 ha et le froment 213.000 ha.
Sabine Laruelle ne croit pas au colza énergétique dans un avenir lointain car cette culture est plutôt dévolue à des terrains plus pauvres. Notre climat n'est pas non plus le meilleur allié des cultivateurs de colza. Par ailleurs, son ratio énergétique est plus faible que celui de la betterave. Enfin, on se rappellera que c'est au niveau de la culture des betteraves que le monde agricole a fourni les efforts les plus marquants en matière de protection de l'environnement notamment en remettant en question l'usage de différents produits qui étaient nocifs et qui désormais ne sont plus employés.
Sans se prononcer vraiment sur ses préférences et sur l'une ou l'autre formule, Sabine Laruelle a tenu à souligner les aspects positifs du bioéthanol et à mettre l'accent sur le débouché que pourraient envisager les agriculteurs. Ces derniers ne peuvent en effet ignorer les nouvelles solutions qui leur permettront de subsister à l'aube d'une révision du système sucrier européen ou mondial.
C'est dire si l'enjeu est important. Pour les agriculteurs, pour l'emploi, pour la Wallonie et l'économie du pays en général. (Source: Fédération Wallonne de l'Agriculture).

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Mobilwavre® est une production de JCD graphique éditions - Voie du Maréchal Ney, 12 - 1300 WAVRE - 010-45 41 22 • last revised 16-12-2009