Ils nous font confiance
FORUM


Vous nous posez des questions...
Dans la mesure du possible, nous vous répondons ! info@mobilwavre.be

 

LE SERVICE DES TRAVAUX

Le service des travaux de la ville de Wavre vous communique les voies communales fermées momentanément à la circulation

RANDONNÉES
ACTIVITÉS


Vous êtes l'organisateur d'une randonnée, d'un rallye automobile ou pédestre, une course cycliste ou encore une activité relative à la mobilité. Faites-nous parvenir un mail, votre annonce sera placée sur notre site.
info@mobilwavre.be
Ou un article vous sera consacré dans notre magazine.


MAGAZINE


Vous n'avez pas reçu notre magazine, vous êtes interessé d'en recevoir un exemplaire envoyez-nous un mail info@mobilwavre.be


PUBLICITE

 

Vous désirez prendre contact avec notre conseiller publicitaire, pour une insertion dans notre prochain magazine ou sur notre site internet. Envoyez-nous un mail.

Denis Evrard
Tél: 0497/41 63 86

prochaine parution
avril 2010

 

depuis le 15 août 2005

 

Weboscope mesure d'audience, statistiques, ROI
Classement des meilleurs sites et positionnement

la reproduction, même partielle des textes, logos, photos est interdite sauf accord signé de la direction de MobilWavre©

Profondsart, tout le monde descend …

On sait que la SNCB est en … train de revoir sa copie en ce qui concerne son Réseau. Le projet RER n’est bien entendu pas étranger à ces recherches et autres enquêtes, notamment au niveau de la rentabilité et à celui des investissements. En vue de préparer son intervention au conseil communal de ce mois de septembre ; le conseiller Benoît Thoreau avait consacré une bonne partie de ses vacances à ce dossier, et plus spécifiquement la partie qui concerne la gare de Profonsart.

Avec Benoît Thoreau, nous avons donc abordé les principes du projet RER, ses implications sur le tronçon qui sillonne le hameau de Profondsart, les remarques formulées lors de l’enquête publique et les conclusions du conseiller cdh de Wavre.
“Il convient d’abord de souligner les principes du projets pour mieux en cerner les enjeux financiers, environnementaux, techniques …. “, entame Benoît Thoreau. “Que vise le projet en ce qui concerne la liaison Ottignies-Bruxelles et qui nous intéresse ? Les buts sont multiples. Parmi eux, la mise à quatre voies de la ligne 161 entre Watermael et Ottignies, soit deux voies centrales pour les trains rapides et deux voies extérieures pour les trains omnibus RER.”

Le projet en lui-même va oublier la courbe de raccordement sur la ligne 139 Ottignies-Wavre-Louvain. Un investissement qui pesait 1,5 milliard. “Et pour lequel la ville de Wavre devrait se battre. Un droit de tirage de 1,5 milliard, cela vaut le coup non ?”, interroge notre interlocuteur.
L’augmentation de l’offre ferroviaire à hauteur de 50% à l’horizon 2015 est aussi dans les tablettes. “Ce qui signifie que l’on passera de 190 à 296 trains par jour avec un maximum de six trains de marchandises par jour. En ce qui concerne les RER, une cadence de six trains par heure est prévue en heure de pointe”, ajoute Benoît Thoreau.

Sur le plan technique, ce projet RER prévoit de faire rouler du nouveau matériel et de porter la vitesse maximale à 160 km/h au lieu de 120 ainsi que la mise en place de dispositifs antibruit et la prise de mesures visant à limiter les nuisances dues au chantier, pour les riverains mais aussi pour le trafic ferroviaire qui ne sera pas interrompu.

Pratiquement, quelles seront les implications du projet RER sur son parcours wavrien à Profondsart? C’est ce que nous a expliqué Benoît Thoreau à la faveur d’une visite commentée des lieux.“Dans les grandes lignes, je souscris à un état des lieux des implications tel que les éléments en ma possession me le décrivent. Cela comprend beaucoup de choses. Dans le désordre, je citerai le déplacement de la halte de Profonsart d’environ 350 vers le nord en la plaçant à hauteur de la rue du Bourgeois.”“L’objectif est de rentabiliser cette halte en attirant des habitants qui l’atteindraient par la N257 dont le tracé prévu devrait légèrement être dévié à cet effet. Les 70 voyageurs quotidiens montant actuellement à la halte de Profonsart ne devraient pas être pénalisés : l’accès à la nouvelle halte sera en effet facilité grâce à la prolongation de la rue de Rofessart (actuellement en cul de sac) vers la rue du Bourgeois. A ce sujet, il faut savoir que le chemin du Bourgeois sera transformé en voirie à double sens. Ceci permettra un accès aisé vers la halte dans l’attente de la réalisation de la N257. Un parking de 80 places sera réalisé à proximité de la nouvelle halte tandis que les ponts du chemin du Bourgeois et de la rue des Ecoles seront agrandis ( largeur et longueur) de manière à donner la place à une double voie de circulation et à un trottoir de chaque côté. La largeur actuelle en dessous de ces ponts est de 4 mètres et elle sera doublée. Par ailleurs, malgré l’élargissement à quatre voies, la rue de Moriensart est maintenue grâce à un léger décalage des voies vers l’Ouest.”

Impossible d’imaginer un projet d’une telle ampleur sans penser aux effets en amont et en aval, comme destruction de construction, nuisances sonores et autres. En règle générale, les constats formulés ne semblent pas effrayer Benoît Thoreau :
“Deux bâtiments seront effectivement détruits : l’actuelle gare de Profonsart car elle est dans le chemin des nouvelles voies créées; et une maison privée qui se trouve à l’emplacement de la future halte et de son parking. Au niveau des nuisances sonores, l’étude d’incidences montre qu’en règle générale il y aura une légère amélioration de l’environnement sonore pour les riverains directs de la ligne et une légère détérioration de l’environnement sonore pour les riverains un peu plus éloignés. Certes, la fréquence de passage augmentera, mais le niveau de crête ( émergence) du bruit diminuera du fait de la combinaison des dispositifs anti-bruits prévus dans le projet. Enfin, je me réjouis qu’au niveau des nuisances vibratoires, la SNCB annonce un réel progrès grâce à la mise en place de dalles en béton et le ballast en dessous des voies, permettant de diminuer la transmission des vibrations dans le sol. L’utilisation de matériel roulant moderne pour le RER devrait aussi limiter les nuisances vibratoires de même que l’élimination ou le transfert loin des habitations chaque fois que ce sera possible, de toute interruption des rails ou d’aiguillages”.
Qu’en pensent les gens ?
Un dossier aussi complexe et aussi important a bien sûr provoqué des commentaires et réactions dans lesquelles se croisent craintes, espoirs et souhaits. Près de 150 lettres sont ainsi parvenues. En vrac, les observations portaient sur des considérations parfois générales (RER) mais aussi parfois très pointues (RER Profonsart). “C’est la preuve que les gens se sont penchés avec beaucoup de sérieux sur un projet qui concerne leur quotidien. Soit comme utilisateurs, soit comme riverain”, commenta Benoît Thoreau avant de conclure :
“Les commentaires et objections concernaient, dans le désordre :l’arrêt de tous les trains RER à Profondsart ; l’opposition à la courbe de raccord à la ligne 139; le respect des recommandations de l’étude d’incidence concernant le matériel roulant et adaptation des panneaux anti-bruit; la plantation de buissons et arbres à haute tige sur les talus et la prise de mesures anti-tags ; le maintien d’une liaison entre les deux parties du hameau de Profondsart pendant les travaux, en particulier pour les piétons ( accès écoles) ; une bonne information de la programmation des travaux de nuit et en week-ends; la gratuité des parkings SNCB; le déplacement de la gare doit être conditionné par la réalisation de la N257, faute de quoi il conviendrait de prendre les mesures qui s’imposent pour réduire la vitesse dans la rue Elie Legrève ; veiller à la que la création d’un parking en zone agricole ne dénature pas l’endroit; le recouvrement de la ligne côté rue Deladrière par des jambages anti-bruit depuis la rue des Ecoles jusqu’à la gare actuelle; faire un état des lieux des immeubles avant les travaux par crainte que les vibrations supplémentaires ne fassent des dégâts; quid d’une isolation phonique des immeubles; quid de la surveillance et prévention du rayonnement électromagnétique ; le réaménagement des voies périphériques pour faciliter la circulation; la révision de l’aménagement du chemin du Bourgeois; la réduction de l’importance du parking; l’interdiction de nouvelles constructions à moins de 50 mètres des voies; l’aménagement d’un parking pour vélos : prévoir une évacuation pour des eaux de ruissellement supplémentaires”.

Comme toujours dans ces cas de figure, certaines remarques sont contradictoires. Ainsi, par exemple, comment admettre à la fois l’exigence d’une isolation phonique dans les maisons, ce qui suppose des nuisances conséquentes, et en même temps vouloir l’interdiction de nouvelles constructions, qui ne risque pas d’arriver si l’endroit est si déconseillé que cela. Il semble que l’on soit là assez proche du syndrome de Bierset. Pour le reste, l’enquête publique a suscité les remarques que l’on pouvait attendre. Le bon sens ayant globalement guidé la réflexion qui s’imposait.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Mobilwavre® est une production de JCD graphique éditions - Voie du Maréchal Ney, 12 - 1300 WAVRE - 010-45 41 22 • last revised 22-01-2010